Quand et comment se lancer dans l’élevage de poulet de chair ?



Le poulet de chair est un mets assez apprécié. La cause en est qu’il contient beaucoup de chair, comme son nom l’indique. Une chair souvent moelleuse et facile à cuisiner. Se lancer dans l’élevage de poulets de chair est un bon business, mais qui nécessite de l’organisation, du matériel et, comme pour tout élevage, de l’attention.

Quand se lancer ?

L’élevage commence déjà au moment de la ponte. Pour accélérer l’éclosion, et donc accélérer la commercialisation, les œufs sont mis en couvage. Ensuite, dès l’éclosion, ou à l’arrivée des poussins, la pesée est obligatoire. Ce premier chiffre obtenu marquera un point de repère pour contrôler la croissance u poulet. Un tri est indispensable. Les poussins qui présentent une malformation quelconque doivent être séparés du reste de la volaille, afin d’éviter tout risque d’épidémie.

Où élever ses poulets ?

Le poulet de chair a besoin d’un grand espace propre, aéré et chaud. Pour cela, Il faut leur installer une source de chaleur, comme une lumière adéquate. Cette chaleur ne doit jamais varier. De même que le taux d’humidité et la ventilation. Le moindre changement peut être fatal à tout l’élevage. Le poulailler doit être un endroit calme, loin de tout facteur de stress pour le poulet. De même qu’une poule stressée ne pondra pas, un poulet de chair stressé ne grossira pas. De préférence, il ne faut pas mélanger des poulets d’âges différents, mais aussi ne pas mélanger les poulets avec d’autres volailles.

Que faut-il leur donner à manger ?

La nourriture des poulets de chair doit être riche en protéines. Du 1er au 14ème jour, la nourriture de démarrage sera parfaitement adéquate. L’engraissement n’a à commencer que vers le 15ème jour, au moment où le poulet aura fini sa croissance. Et la finition se passe vers le 29ème jour. Pour varier de la farine ou de la provende traditionnelle, de plus en plus de farine à base d’insectes sont commercialisées, les insectes étant naturellement riches en protéines. Notons qu’un poulet élevé en plein air, dont la croissance aura suivi son cours normal, aura meilleur goût qu’un poulet poussé industriellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *